Pilier de la transition écologique, le fret ferroviaire sera-t-il le grand oublié de la crise énergétique ?

8 avril 2022 | Communiqués de presse, Fret

L’Association Française du Rail (AFRA), qui rassemble les opérateurs alternatifs à la SNCF, s’inquiète des conséquences de la crise énergétique pour les opérateurs ferroviaires. Pilier de la transition écologique, le fret ferroviaire ne doit pas devenir le grand oublié de la crise énergétique.

Face à la hausse des prix des énergies dans le contexte de la guerre en Ukraine, le gouvernement a mis en place un plan de résilience pour les particuliers et les professionnels. Pour l’heure, les entreprises ferroviaires restent oubliées par ces mesures. Pourtant, la crise énergétique va coûter au moins 55 millions cette année aux opérateurs de fret ferroviaire. Un chiffre à comparer aux 400 millions d’euros promis aux transporteurs routiers par le gouvernement.

« Le gouvernement va massivement accompagner le transport routier : il est inconcevable que le fret ferroviaire ne bénéficie pas de mesures comparables », souligne Franck Tuffereau, délégué général de l’AFRA. « Le transport ferroviaire a montré à quel point il était utile à tous et à tous les territoires : il ne faudrait pas que la crise énergétique vienne effacer tous les récents efforts. L’objectif d’un doublement de la part du fret ferroviaire d’ici 2030 peut encore être atteint. »

Le rapport du GIEC interpelle les citoyens comme les pouvoirs publics sur la nécessité d’agir en faveur du climat avec urgence dans les trois prochaines années afin de limiter le réchauffement climatique. Beaucoup de candidats à l’élection présidentielle font de l’environnement une priorité, mais après des débuts prometteurs, l’administration actuelle des transports ne semble plus faire grand cas du mode de transport qui préserve le plus les ressources de notre planète. Faut-il manifester de façon plus concrète pour illustrer les difficultés de notre secteur pour être entendus ?

En septembre 2021, le gouvernement avait annoncé un investissement de 170 millions d’euros par an pour renforcer le fret ferroviaire. Un effort financier historique après des années de sous-investissements que la crise énergétique menace de réduire à néant alors même que le transport ferroviaire est un atout pour la transition écologique : un déplacement en train émet 10 fois moins de CO2 que le même trajet en voiture et 50 fois moins que l’avion.

À propos de l’AFRA

L’Association Française du Rail (AFRA), créée en mars 2009, rassemble les opérateurs alternatifs à la SNCF : Transdev, Transdev Rail, Trenitalia France, Deutsche Bahn/Arriva, actives dans le transport de voyageurs ; CargoBeamer, DB Cargo France, Europorte (groupe Getlink), ETMF, LINEAS, RegioRail, T3M, Froidcombi, CAPTRAIN (ex-VFLI), CFL Cargo France, Millet Rail, entreprises spécialisées dans le fret ferroviaire et le transport combiné ; Vossloh Locomotives, Alstom, constructeurs de matériel ferroviaire, Objectif OFP, Moreno et Akiem.

Contact presse

Jean-Marie Vinas – 06 03 26 67 84 – jeanmarie.vinas@ha-ha.fr

Télécharger le communiqué de presse

Articles récents

Fret : l’AFRA écrit au président de SNCF Réseau

Toute la filière fret est actuellement pénalisée par un conflit social : l'AFRA écrit au président de SNCF Réseau pour lui demander d'agir dans les meilleurs délais. Lire le courrier Lire l'article de La Lettre A : Les entreprises de fret sermonnent le patron de SNCF...

lire plus

Archives